Greco ou l'histoire de la Guitare Made In Japan (MIJ)

Dans les années 1960, Kanda Shokai (une société qui importe et distribue des instruments de musique dans tout le Japon) décide d'ajouter la fabrication de leur propre marque à leurs activités. Au commencement, Le label GRECO est réservé aux modèles électriques.

Le groupe Kanda fait d'abord fabriquer ses instruments à l’usine Matsumoku, une des usines pionnières dans la fabrication de guitares électriques au Japon et qui fabriquera des Epiphone, Aria et Aria Pro II, et sa propre marque Westone, entre autres.

A partir du milieu des années 1970, Kanda Shokai déplace petit à petit sa production chez Fujigen gakki, une autre usine qui fabriquera notamment beaucoup pour Orville by Gibson, Ibanez et Fernandes et Dyna gakki, et qui fabrique actuellement beaucoup de Fender MIJ.

Greco est probablement la marque la plus célèbre au Japon car leur catalogue a présenté des guitares pour tous les budgets, de plus c’est la seule marque japonaise à être réellement sortie des jalons Gibson, Rickenbacker et Fender.

 

Pendant dix ans, toutes les guitares mythiques américaines ont été copiées ; de Gibson à Gretsch, Danelectro, les célèbres basses Ampeg et Dan Armstrong, et etc.

La marque commence par produire des modèles à manches vissés ; des « solid body » typées Telecaster, des « demi-caisse » ou des basses en forme de violon. En 1970, profitant du boom du hard rock au Japon, GRECO sort des répliques de Gibson, marque beaucoup trop chères pour le consommateur japonais à l’époque.

Les premiers modèles de "Les Paul" ont un manche vissé et des proportions approximatives (tête trop grosse, corps un peu petit), mais à partir de 1975/76, probablement en utilisant quelques Gibson originales comme modèles, la société parvient à fabriquer des instruments respectant les proportions de l'originale, avec un manche collé.

 

C'est également à la même époque que les premiers numéros de série apparaissent. La marque copie à l'époque les modèles contemporains de chez Gibson et Fender.

Pour comprendre cette stratégie de copie par les usines japonaise, en 1970, le salaire de départ mensuel moyen d'un diplômé d'université était de 43 000 yens japonais (JYE) soit 120$ US. (Le taux de change étant d'environ 360 yens japonais pour 1 dollar américain).

Le prix d'une nouvelle Stratocaster était de 239 000 JYE soit 660,00 $ US. Il fallait donc plus de cinq mois de salaire pour un japonais pour acheter la guitare de ses rêves.

En raison du prix élevé des guitares Gibson au Japon, seuls quelques musiciens de jazz en possédaient, même GRECO n'en avait pas sous la main, or GRECO voulait introduire une réplique Les Paul Standard (leur série EG). L'entreprise la fait en se basant sur des dessins à l'échelle du catalogue de Gibson de l'époque et des photos des musiciens de rock.

La série originale EG-360 était donc assez différente de la "Les Paul" en raison de facteurs tels que les échelles calculées et d’une construction de corps complètement différente de l'originale, mais ces répliques était  suffisamment proche pour attirer l’intérêt des musiciens japonais.

Au début des années 70, GRECO a demandé à M. Hidesato Shiino (qui travaillait officiellement pour Yamaha) de développer la production et la commercialisation de guitares.

Au début, M. Shiino était en charge de la plupart des fabricants de guitares, pas seulement de GRECO. Il a d'ailleurs été consultant pour ELK, Guyatone, Fernandes, Kasuga et bien d'autres.

Pour GRECO, il a contacté son vieil ami M. Shigeru Narumo (1947-2007) un guitariste japonais très populaire.

M. Narumo a commencé à superviser le développement de la guitare GRECO avec M. Shiino. Ils ont conseillé à  GRECO de développer une guitare plus qualitative que la "Les Paul" Gibson à un prix plus abordable mais également de réduire le manche pour mieux convenir à la morphologie de la main japonaise.

M. Shiino a donc fait fabriquer cette guitare prototype pour M. Narumo suite à ses spécifications. Les membres du groupe de Narumo ont joué les yeux bandés une Gibson, une Fender et la nouvelle GRECO EG. Ils ont tous convenu que la GRECO EG était la meilleur des trois.

Série Super Real

Kanda a produit la série  «Super Real» de 1980 à 1982, cette série avait pour ambition d'offrir des guitares haut de gamme, des copies parfaites voir meilleures que les guitares américaine, et cela a été chose faite. Encensés par les musiciens japonais puis internationaux, avec des modèles EG / EGF 800 à 1800 (il paraîtrait même que des modèles EGF 2500 existeraient), GRECO a offert de somptueux modèles aussi beaux que bons, a en faire pleurer les oreilles et les doigts.

GRECO s’est beaucoup investi dans ces modèles et y a mis les moyens. Les matériaux et bois ont été soigneusement sélectionnés et meilleurs que sur les modèles originaux copiés. Les pièces métalliques ont été repensées, proche de l'original "Les Paul". Ils ont développé le micro humbucker "DRY et DRY Z" avec MAXON qui sont très recherchés de nos jours.

GRECO a équipé ces micros pour les modèles EGF-1200 et EGF1800 (les modèles EGF-850 étant équipé de "PU-2", et les EGF-1000 de "Dimarzio PAF" qui représentent bien aussi la couleur de son GRECO) .

 

 C'est à partir de 1982 que les copies de modèles Fender disparaissent. En effet, Fender, impressionné par les copies fabriquées par Kanda Shokai, décide de faire fabriquer une partie de sa production au Japon. La gestion en est confiée conjointement à Yamano et Kanda Shokai. Lors de l'acquisition de Gretsch, Fender confiera également à son partenaire la réalisation des modèles haut de gamme du catalogue.

Les Micros 

 

A partir de 1970 les micros sont fabriqués par MAXON  (société Nisshin Onpa qui à fabriqué des micro à partir de 1960 mais aussi des pédales d'effets notamment la "TS9 Tube Screamers" pour Ibanez).

Plusieurs modèles sont produits pour les Gammes EG et Super Real, ces micros sont montés en série.

Ces micros sont frappés d’un numéro de série. Le 1er chiffre est l'usine fabrication, le 2ème chiffre est l'année de fabrication et 3ème et 4ème chiffre le mois de l’année de fabrication. Les autres chiffres correspondent à des séquences de production.

  • EGF1800 : DRY 2ème version Z (marqué sur le dos du micro)

  • EGF1200 : DRY 2ème version Z (marqué sur le dos du micro)

  • EGF1000 : PAF

  • EG1000C : DRY 1ère version (pas de Z marqué sur le dos du micro)

  • EG900 : PAF

  • EGF850 : PU-2

  • EG800GS : HOT LICK

  • EG800C : PU-2

  • EG800PB : U-2000

  • EG800PR :U-2000

  • EG800 : PU-2

  • EG700 : U-2000

  • EG600PB : U-1000

  • EG600PR : U-1000

  • EG500 : U-1000

  • EG500C : UD

  • EF500J : U-1000

  • EG500GS : UD-DX

  • EG480 : UD

  • EG450 : UD

© 2020 OBGfan

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
0